Les amis de la Lozère : cliquez ici pour revenir à l'accueil Le site pour découvrir et aimer la Lozère
Google
 
Web Sur AMILO
carte - géographie - Aubrac - Margeride - Causses - Cévennes - histoire - hommes - faune - flore - gastronomie
photos - cinéma - livres - peinture - hébergement - activités - Bête du Gévaudan
e-card - fonds d'écran - liens - plan du site - CNIL - Livre d'Or - la lettre - contact
>>accueil>>géographie>>géologie

Un peu de géologie

la carte

A l'origine de la création des départements, la Lozère a failli s'appeler "Lozère des sources" tant il est vrai qu'elle est un véritable réservoir pour les bassins du Rhône, de la Garonne et de la Loire. Mais elle aurait aussi bien pu s'appeler "Lozère des pierres".

En effet, les pierres façonnent ce pays et lui donne son caractère et peut-être aussi celui de ses habitants. A chaque pays correspond une pierre. Ainsi l'Aubrac est le pays du basalte, la Margeride celui du granite, les Cévennes celui du shiste et les Causses celui du calcaire.

Intéressons nous à ces pierres...


Mégalithes Grottes et avens Météorite


Mégalithes

Qu'est-ce qu'un mégalithe ? Si on croit le dictionnaire :  n. m. Monument formé de gros blocs de pierre brute (dolmen, menhir, etc.).
 
Certaines civilisations du néolithique et de l’âge du bronze ont élevé des monuments funéraires formés de très gros blocs, dont certains ont été apportés de fort loin. L’extraction, le transport sur patins de bois (glissant sur des rondins) exigeaient des techniques très évoluées. Les menhirs (pierre levée) sont en groupe ou isolés; le plus grand, aujourd’hui renversé, nommé Mané-er-Hroëk (pierre des fées), à Locmariaquer, en Morbihan, mesure 20,50 m et pèse 347,5 tonnes. Les alignements de Carnac (Morbihan) constituent le plus grand ensemble mégalithique du monde (plus de quatre mille menhirs, répartis en trois sections). Il faut aller en Inde et au Tibet pour trouver des monuments analogues. Les cromlechs sont composés de blocs dressés en cercle. Le plus grandiose est celui de Stonehenge, en Angleterre. Il s’agit vraisemblablement d’un sanctuaire du culte solaire. Les tombes mégalithiques sont réparties en deux grandes catégories: les grottes sépulcrales, naturelles ou artificielles (hypogées), et les chambres funéraires construites, ou dolmens, composées d’une grande dalle qui repose sur des piliers. La chambre peut être rectangulaire, polygonale, circulaire, à couloir, à galerie. Parfois une antichambre est isolée par une dalle-hublot percée d’un grand trou rond («la fenêtre de l’âme»). Certains dolmens sont recouverts d’un tumulus en pierres sèches nommé cairn. Souvent, un même cairn contient plusieurs dolmens à couloirs parallèles.

En France, et on le sait peu, le deuxième site en terme de mégalithes, est la Lozère, et notamment l'alignement de menhirs des Bondons.
Causse de Changefège La Tailladisse
Le Cham des Bondons
Le Cham des Bondons Le Cham des Bondons
Ces photos ont été gentiment mises à notre disposition par Bruno Marc le webmestre du portail du mégalithisme du sud de la France. Pour en savoir plus sur les mégalithes lozériens, visitez sa page Lozère et plus particulièrement sa page sur les Bondons ou son dernier livre : dolmens et menhirs en Cévennes

début


Grottes et avens

Les grottes formées naturellement se creusent de différentes façons, principalement dues à l'action chimique de l'eau et de ses composés. De telles cavités sont fréquentes surtout dans les formations calcaires, particulièrement dans les régions qui subissent des précipitations importantes. Dans ces régions, l'eau de surface contient du dioxyde de carbone et des solutions aqueuses d'acides provenant des constituants organiques du sol. En attaquant le calcaire soluble, cette eau acide dissout et charrie le calcaire en solution. À long terme, cela favorise la formation de cavités souterraines. La profondeur de telles cavités dépend de la profondeur du niveau des eaux. Si après plusieurs années inhabituellement humides, le niveau des eaux monte, les anciennes cavités des grottes sont inondées et de nouvelles grottes commencent à se former plus haut. De même, pendant une longue période de sécheresse, des cavités commenceront à se former plus bas, proches du niveau descendant des eaux. Sur des milliers d'années, de telles fluctuations créent des réseaux de grottes à plusieurs niveaux, où un cours d'eau souterrain coule dans les galeries les plus basses.


En Lozère, les grands Causses sont donc propices à la formation des grottes où on les appelle plus communément des "avens". Certains sont particulièrement célèbres, l'aven Armand et la grotte de Dargilan où l'abîme de Bramabiau.

L'abîme de Bramabiau
Le gouffre du Mazel

Au pied du Mont Aigoual, une rivière souterraine jaillit soudain. Le bruit, amplifié par la résonnance de la montagne fait penser au bramle d'un boeuf (BRAMABIAU). Ici encore on trouve le travail du spéléologue E. MARTEL.

Bramabiau

Situé sur la commune de Chasseradès, près du hameau du Mas, le gouffre de la Fontaine du Pré de Mazel est un ensemble de galeries karstiques développées dans les petits causses jurassiques de Daufage - L'Estampe - Le Mas, prolongements vers l'Est du Causse de Montbel, "blottis" sur le flanc Nord de la Montagne du Goulet, le long de la faille du même nom.
Le réseau karstique débouche, au contact des schistes sous-jacents, par une résurgence laissant échapper le Ruisseau du Mazel qui se jette quelque centaines de mètres en contrebas dans le Chassezac.

Gouffre du Mazel

Le gouffre a été découvert en 1950 et exploré à partir de 1951. Il présente plus de 5 km de galeries développées à l'horizontale, dont certaines sont parcourues par une rivière souterraine. On peut y observer de nombreuses concrétions ainsi, que par endroits, des cimetières de chauves-souris.
Le gouffre n'est pas aménagé et donc non accessible au public. Toutefois, GéoLozère vous propose des visites de 2 à 3 heures sous l'accompagnement d'un spéléologue affilié à la Fédération Française de Spéléologie. Le parcours ne présente aucune difficulté particulière puisqu'il est essentiellement à l'horizontale dans le lit de la rivière souterraine. La visite est précédée d'une conférence-diaporama expliquant les particularités de cette cavité unique en son genre.

Découvrez le gouffre du Mazel en photos

S'inscrire pour la visite sur le site de Geolozere

L'aven Armand
La grotte de Dargilan

Situé sur le bord du Causse Méjean, près de Hures la Parade et à proximité de la ferme Caussenarde de Hyélzas, l'aven Armand est accessible au public avec un funiculaire. Sa taille permettrait d'y loger Notre Dame de Paris. Comme nombre de grottes, il s'orne de concrétions calcaires qui forment une véritable forêt.

Aven armand

L'aven fut exploré la première fois le 19 septembre 1897 par Louis ARMAND accompagné du spéléologue E. MARTEL.
www.aven-armand.com

La grotte rose. Située sur le Causse Noir, à l'aplomb de Meyrueis, elle fut découverte en 1880 par M. SAHUQUET un jeune berger, puis, elle fut également explorée par le spéléologue E. MARTEL.

La grotte rose

Dargilan est aujourd'hui l'une des grottes les mieux aménagées pour permettre une visite de qualité.
grotte-dargilan.com

début

Météorite

Météorite, fragment d'un corps céleste qui a atteint la surface de la Terre ou d'un autre astre sans être complètement désintégré. Les météorites découvertes sur Terre sont classées en familles selon leur composition : les météorites ferreuses sont principalement constituées de fer, d'un faible pourcentage de nickel et de traces d'autres métaux tels que le cobalt!; les météorites pierreuses sont formées de silicates, et les ferro-pierreuses contiennent des proportions variables de fer et de roches. On considère actuellement que la plupart des météorites sont des fragments d'astéroïdes ou de comètes. Cependant, de récentes études géochimiques ont montré que certaines roches de l'Antarctique proviennent de la Lune et de Mars, d'où elles ont été éjectées, présume-t-on, par l'impact explosif d'astéroïdes. Les astéroïdes sont eux-mêmes des fragments de planétoïdes. Les météorites présentent en général une surface alvéolée, et une croûte fuselée et charbonneuse. Les météorites les plus grandes frappent la Terre dans un choc terrible, engendrant d'énormes cratères.
La plus grande météorite connue, a un poids estimé à environ 55 tonnes.

La Lozère a sa météorite. Le 3 juin 1842, une météorite de deux kilos est tombée sur le Causse à Aumières. La météorite d'aumières
Pour en savoir plus sur les météorites.

début


début home livre d'or e-mail Les amis de la Lozère
haut de page accueil livre d'or e-mail Association des amis de la Lozère

Votez pour ce site au Weborama